anipassion.com
Partagez|

Maybe, i'm not made for you | Hector

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar


Messages : 3
Date d'inscription : 04/02/2018

MessageSujet: Maybe, i'm not made for you | Hector Mar 6 Fév - 8:18

Combien de larmes, c'était écoulées, depuis cette soirée ? Depuis qu'elle s'était retrouvé seule face à elle-même.. Avait-elle fais un choix juste ? Cette question n'avait cessé de la tourmenter depuis qu'elle avait tourné les talons, pour sa propre survie. Pour la première fois, ce soir-là, elle s'était interrogé, avait douté qu'il puisse lui faire du mal. Elle s'était toujours persuadé, qu'il serait incapable de se débarrasser de cette fichue Dhampir, et elle était morte. Il l'avait fais.. Elle était peut-être la prochaine. Mais même avec cette idée bien encré en tête, sa douleur était insoutenable. Stupide était-elle d'avoir cru que parce qu'il l'avait sauvé, ce soir-là, dans ce labyrinthe où elle s'était retrouvé par erreur, il ne finirait pas par s'en débarrasser un jour. Stupide de croire qu'elle avait pu avoir une quelconque importance, pour lui. Elle l'avait appris, des années, et des années, on lui avait rabâché qu'ils n'étaient que des monstres sans cœur. Et malgré les mises en garde, elle s'était faite avoir comme la pire des connes. Elle avait plongée, pour ces beaux yeux. Et malgré les larmes, qui continuaient à couler par intermittence, jour après jour, elle avait assez sombrer pour cette homme, pour être capable de lui pardonner. Elle même, s'en trouver pathétique, bien loin de l'image rebelle qu'elle renvoyait. Ce monstre lui avait retourné la tête. Et même quand elle voyait le pire de lui-même, elle n'était pas prête à lui tourner le dos. Ou peut-être que si. Elle l'avait fais, en faite. Elle l'avait fais, pour sa survie. Parce qu'elle n'aurait jamais été capable de se soumettre à lui, comme il souhaitait, ce soir-là. Incapable de se taire, de lui faire croire qu'elle n'était pas blessé par son geste d'une incroyable absurdité. Elle était partie, pour évité l'irréparable. Elle était partie, parce qu'il n'existait pas de meilleure solution. Elle ne regrettait pas. En revanche, elle appréhendait le retour au source. Ces quelques semaines d'éloignements, c'était avéré nécessaire, pour elle. Mais elle ne pouvait pas savoir ce qui était advenu d'Hector depuis. Il allait peut-être se contenter de lui arracher la gorge. Cette simple pensée lui coupe la respiration. Elle l'en sait capable. Ces mots étaient plutôt claire, la dernière fois. Une chance. Une seule. Elle tentait le diable, à apparaître de nouveau, dans l'espoir de pouvoir reprendre une place qu'elle avait quitté de son propre chef. Elle frappe. Rien, pas de réponse. Elle frappe une seconde fois, mais le silence lui répond encore. Elle tourne la poignée. Hector n'a pas perdu ces mauvaises habitudes. Ne jamais verrouiller la porte. Elle rentre. Rien ne semble avoir changer depuis son départ. Le salon est tel quel, mais elle ne trouve pas Hector. Sans doute est-il de sorti. Elle attrape un bloc note, un stylo à l'encre bleu, et commence à faire courir la mine sur la feuille. Hector, je n'ai cesse de repenser à notre dernière soirée, et à cette fin brutale.. Partir était l'unique solution, pour nous préserver, mais il est temps. Tu me manq.. Elle lève la tête, pour réfléchir à ces mots, ce qu'elle cherche à lui dire. Et c'est là qu'elle l'aperçoit, cette paire de botte dans l'embrasure de la porte de sa chambre. Elle délaisse le stylo, qui roule sur la table, et s'échoue sur le sol. Mais ça ne l'interpelle même pas. Elle sait qu'elle ne devrait pas s'occuper de ça. D'abord parce que c'est elle, qui est partie. Mais parce qu'elle ne va pas apprécié, ce qu'elle va découvrir derrière cette porte. Mais elle la pousse quand même, du bout des doigts. Ce glisse à l'intérieur lorsque ça bloque. Et le spectacle qu'elle découvre lui donne un haut le cœur. C'est pas la présence énorme de sang, qui lui donne cette sensation, mais de corps féminin. Parce que sa tête, fait immédiatement le lien, entre des corps féminin sans vie, Hector, et sa chambre, et que son cœur en souffre. Elle pose une main sur sa bouche, pour empêcher le hoquet de surprise de venir briser le silence. La porte d'entrée qui claque, au même moment, la fait à peine sursauté, absorbé par le spectacle. Elle se retrouve incapable de bouger. Ce n'est pas qu'il puisse s'être nourri de ces filles, qui la dérange, bien qu'une pulsion dans son cou, la démange, l'oblige à se gratter, et elle ne connaît que trop bien cette sensation de manque. Ce qui la dérange, c'est cette assurance, au fond d'elle, qu'Hector ne s'est pas contenté de prendre le sang de ces filles. Qu'il a aussi dû prendre leur corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Messages : 3
Date d'inscription : 04/02/2018

MessageSujet: Re: Maybe, i'm not made for you | Hector Mar 6 Fév - 20:23




Maybe, I'm not made for you.

J’avais voulu draguer une jeune-femme, juste pour oublier la moroï. Résultat, j’avais juste réussi à m’embrouiller. Pire qu’un humain à son premier rendez-vous. Que m’avait-elle fait ? Elle avait réussi à déterrer mon cœur et à l’emprisonner, pour elle. Uniquement pour elle. A jamais pour elle. C’était comme si elle s’était encrée en moi. Au départ, je n’avais rien dit. Je ne voulais pas croire, surtout au départ, que depuis que j’avais croisé son regard dans le labyrinthe, elle allait me rendre faible. Et pourtant, Ellia était ma faiblesse. Mais en bien. Parce que depuis que je l’avais dans ma vie, elle avait fait de moi quelqu’un de meilleur. Moi qui n’étais voué qu’à être qu’un strigoï, qui allait hanter les rues et tuer pendant des siècles, avait trouvé un sens à sa vie. Je voulais devenir quelqu’un de meilleur pour elle. Malheureusement, elle ne m’en avait pas laissé le choix. Elle avait fui dans cette salle de cinéma, réduisant à néant mes efforts. Peut-être qu’elle n’avait pas vu tout ce que j’avais fait pour m’améliorer ? Mais elle était si jeune… Puis elle avait été conditionnée, depuis son plus jeune âge, à me détester. Enfin pas moi personnellement mais les strigoïs en règle générale. Tout ça à cause de ces fichues écoles. Il fallait les détruire ! Soupirant, je passe une main sur mon visage. Mes yeux vont virer au rouge vif et je vais faire un massacre dans ce bar, si je ne me calme pas immédiatement. Inspirant, je fais tourner mon verre de whiskey entre mes doigts. Il faut que je sorte. Lâchant un billet sur la table, sachant que le serveur se fera un magnifique pourboire, je sors précipitamment. Glissant mes mains dans mes poches, je traine les pieds. Pathétique. Et pourtant, je ne sais pas comment réagir autrement. Croisant une jeune-femme qui saigne, je ne peux m’empêcher. J’ai les nerfs toujours trop à vif. Me jetant sur elle, je la pousse dans une allée et plante mes crocs dans sa jugulaire. Mais je m’arrête, avant de la tuer. Après des semaines à ne faire que ça, j’ai perdu cet entrain. Rien n’y fait. Vraiment pathétique. Si mon miroir était là, il serait en train de rire, c’est une certitude. Reprenant mon chemin, après lui avoir effacé la mémoire, j’essuie de mon pouce le coin de ma bouche. Arrivant devant la porte de mon immeuble, j’ai un sentiment de malaise. Quelque chose ne va pas… Et c’est en arrivant devant ma porte d’entrée, que je vois ce qui se passe. Quelqu’un est chez moi. Poussant la porte, je gueule, comme si de rien n’était. « Qui que vous soyez, vous avez intérêt à fuir par la fenêtre ou je vais vous écorcher … » Mais je ne finis pas ma phrase. Cette odeur, je la reconnais. Je ne pensais pas pouvoir la sentir à nouveau dans ce logement. Me dirigeant immédiatement, vers la chambre où elle se trouve, je remarque immédiatement ce qu’elle fixe. Merde. J’aurai peut-être dû faire le ménage, avant de partir … ou plutôt depuis qu’elle m’a quitté. Grossière erreur. Me raclant la gorge, je me force à prendre un visage neutre. Après tout, elle est sûrement venue récupérer ses affaires. « Que fais-tu là ? » J’aimerai lui dire que je suis ravi qu’elle soit là. Tellement envie de gouter à ses lèvres de nouveau. Mais il ne le faut pas. De toute manière, elle reculerait encore devant le monstre. « Et d’où tu rentres comme ça d’abord ? C’est une propriété privée. Et là, tu es dans ma chambre, non la tienne. » J’aurai aimé que ce soit la sienne, mais ce n’est pas la peine de rallumer le brasier qui va me tuer, peu à peu …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Messages : 3
Date d'inscription : 04/02/2018

MessageSujet: Re: Maybe, i'm not made for you | Hector Mer 7 Fév - 8:30

Que lui avait-il pris de venir ici ? Quand son regard se pose sur ces corps qui repose sur le sol de sa chambre, la déception est vive dans son cœur. À tel point qu’elle n’a même pas conscience que le monstre à l’origine de ces massacres s’approche d’elle. Elle l’entend, mais de loin. Elle devrait fuir, comme conseiller, parce qu’elle possède cette impression, cette conviction au fond d’elle que cette rencontre n’allait pas être celle qu’elle avait imaginé. Elle qui était venu en paix, repartait avec une image toute nouvelle de Hector. Et en même temps, elle n’arrivait pas à savoir ce qui pouvait la déranger à ce niveau. C’était pas qu’il est tué ces personnes. Elle connaissait ce côté de son espace et ça ne l’avait jamais dérangée jusque là. Ce qui était plus difficile à encaisser était qu’il s’agissait que de femme. Dans l’intégralité. Et les conclusions qu’elle tirait derrière.. C’était une manière de tourner la page. Elle en était certaine parce que lorsqu’il n’avait d’intérêt que pour Lilith, elle avait usé du même stratagème pour ne pas s’attacher plus que nécessaire à lui. Elle avait été la distraction des hommes, et eux, la sienne. Mais ça n’avait pas marcher. Pas pour elle. Pour lui ? Elle n’arrive même pas à se retourner lorsqu’elle l’imagine juste derrière elle. La certitude de craquer si elle croise son regard l’oblige à continuer à fixer ces cadavres. Ce qui n’est pas une vision plus agréable. Sa gorge est sèche, et elle ne trouve pas la force de rétorquer. Elle tremble, alors qu’il reprend la parole, lui fait comprendre qu’elle n’est pas la bienvenue. De peur ? Non même pas. De déception. De douleur intérieur. C’est son cœur qui en prend un coup, encore. Et elle commence à regretter d’être venu. Peut-être même regretter d’avoir été dans ce labyrinthe ce soir là. Elle se mord la lèvre, s’empêcher de céder à l’émotion. « Je m’en vais de toute façon » Elle tourne les talons, et alors qu’elle passé face à lui, elle prend bien soin de ne pas entrer en contact avec lui. Elle traverse le grand salon, avec la hâte de réussir à rejoindre la porte pour s’enfuir d’ici. Peut-être avait-elle pris la bonne décision en partant au cinéma. Mais alors qu’elle s’approche de la porte son regard glisse sur la feuille délaissé sur la table, le stylo au sol. Elle a un temps d’arrêt. Elle était là pour une raison. Elle avait besoin de lui dire une chose. Parce que peu importe la douleur qui avait pu être la sienne après la déception du cinéma, cet homme lui manquait. Et elle n’avait eu qu’une envie : le rejoindre. Elle prend une inspiration et se tourne vers lui. « Qu’est-ce que je fais là ? J’étais venu pour toi Hector. Parce que j’avais besoin de te voir. Elle exagère sur ce mot, pour bien lui faire comprendre. « Mais je vois que tu n’as même pas pris la peine de lire mon message. Ou alors t'es juste un gros crétin » Elle se saisit du papier pour lui balancer dessus. Qu’est-ce qu’elle était en train de faire ? Elle était ridicule. Pitoyable. Elle était en train d’essayer de sauver quelque chose qui ne pouvait pas l’être. Il n’existait pas d’espoir. « Je voulais arranger les choses, trouver un moyen.. Je pensais naïve comme je suis que tu regrettais… Mais à croire que pendant que je me lamentais, tu t’amusais bien. » D’un geste de la tête elle désigne les corps dans sa chambre. Elle ne peut cacher sa grimace. L’imaginer, lui.. ça la rend folle. Elle ferme les yeux, se concentre pour chasser cette image de sa tête. C’était assez dur comme ça sans qu’en plus elle se torture avec de telle image. Elle baisse les armes. Ces épaules s’abaissent de fatigue. « J’en ai marre Hector. Je te veux, depuis le premier jour. Je m’efforce d’être à ton image.. Mais même quand elle n’est pas là, ça ne va toujours pas. » Elle. Sa dhampir. Elle pouvait comprendre qu’il ne veuille pas d’elle quand il était obsédé par cette femme. C’était douloureux mais elle pouvait comprendre. Au moins elle avait une explication. Aujourd’hui elle ne s’expliquait pas ce qui l’arrêtait encore. Elle s’efforçait d’être comme il voulait qu’elle soit. Brave. Courageuse. Têtue. Mais le résultat était le même. Pire encore vu la situation actuelle. « Je te laisse avec tes cadavres, ils ont l’air de te satisfaire d’avantage. » Elle tourne les talons. Elle n’a plus rien à ajouter de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Messages : 3
Date d'inscription : 04/02/2018

MessageSujet: Re: Maybe, i'm not made for you | Hector Mer 7 Fév - 15:31




Maybe, I'm not made for you.

J’en avais tué des femmes, toutes blondes ou presque, juste pour avoir l’impression qu’Elle était là. Mais ce n’était pas le cas. Ce n’était qu’une illusion. Une foutue hallucination qui n’arrivait même pas à me convaincre du contraire. J’étais pathétique, car elle était entrée dans ma vie, et avait perturbé tout mon cycle de vie. En 700 ans d’existence, j’en avais connu des femmes ou des hommes. Mais personne n’avait réussi à faire ce qu’elle était parvenue : elle avait déterré un cœur que je pensais inexistant. Alors oui, mon cœur était fait de pierre. Mais il n’empêche qu’Elliana avait été la seule à pouvoir le trouver enfouis dans ces siècles de souffrance et de sang. En ces quelques mois passés à ses côtés, j’avais redécouvert ce que voulait dire vivre et prendre plaisir. Mais tout était partie en fumée, car elle avait quitté cette salle de cinéma, me prenant pour un monstre. Ce que j’étais, je ne pouvais le nier. Mais pour elle, j’étais prêt à essayer de faire des efforts, à changer. Si mon miroir était là, il serait sûrement en train de se moquer. Mais il n’est pas là, il n’y a que moi maintenant … Et ces cadavres qui hantent ma chambre. C’est ce que je me répète mais en réalité c’est faux. Lorsque j’arrive devant ma porte d’entrée, je sens immédiatement sa présence. M’y dirigeant, j’ai envie de lui dire combien elle m’a manqué, combien je suis devenu fou sans elle –les cadavres étant une preuve. Mais je ne le fais pas. Je revois la peur dans son regard lorsqu’elle m’a vu tuer cet homme, sans aucune once de remord. Il l’avait touché. Il avait touché ce qui était à moi, il devait mourir. Mais bien sûr, peu importe combien elle est forte, Ellia reste une personne gentille. Elle est l’ange, moi le démon. Voir pire encore. Elle s’en va, c’est ce qu’elle me dit. En réalité, elle n’était là que pour récupérer des affaires. C’est la seule explication possible. Anéanti. Je la vois qui se détourne, et surtout, cette distance qui n’est que de quelques centimètres mais qui me parait être des kilomètres entre son épaule et mon bras. J’entends ses pas qui marchent vers la porte d’entrée. Chaque son est un déchirement, un éloignement. Peut-être qu’il fallait mieux qu’elle parte afin que je reprenne ma vie en étant le Strigoï qui se fout de tout et surtout, qui n’éprouve rien. Peut-être que c’est ce qu’il y a de mieux à faire pour tout le monde. Mais elle s’arrête. Je me tourne vers elle, surtout pour savoir ce qui se passe et je la vois faire de même. A-t-elle oublié quelque chose ? Besoin de te voir. Une lueur d’espoir qui apparait dans mon cœur de pierre, le réchauffant doucement. De quel mot parle-t-elle ? Je comprends seulement quand je la vois attraper une feuille sur la table du salon. Et je me retrouve avec la feuille dans les mains. Je ne l’avais même pas vu en arrivant, trop perturber par son odeur dans mon appartement. J’ai l’impression d’être un idiot d’humain. Je ne comprends rien. En quoi je m’amusais ? Elle parle des corps. Si seulement elle savait la vérité. Mais je ne peux lui dire, elle me prendrait encore une fois pour un monstre. Pourquoi continue-t-elle de parler de l’autre femme ? Elle est morte, je l’ai tué. Une dernière phrase et elle se détourne. Restant planter comme un con, je ne sais pas quoi faire. Jusqu’à ce qu’elle ouvre la porte. Non. Usant de ma vitesse après avoir jeté au sol la feuille sans rien dire, je claque la porte, la bloquant d’une main. Non, je ne peux pas la laisser partir. Mais maintenant, il va falloir que j’avoue la vérité. Une vérité qui est signe de ma faiblesse et qui n’est pas digne d’un strigoï. « Elliana je … Tu n’es pas naïve de croire que … je ne me suis pas amusée avec ces femmes … Je les ai simplement tué pour me nourrir, crois-moi. Aucune n’était assez bien, pour passer dans mon lit. » Je me sens pathétique. Elle est ma faiblesse. Et pourtant, elle est ma flamme de vie. La forçant, délicatement à se retourner face à moi, j’attrape son menton entre mes doigts, espérant ne pas l’effrayer. « J’ai cru devenir fou sans toi … J’ai perdu la tête … » Et je me laisse glisser au sol. Mes genoux claquent contre le plancher, mais je m’en moque comme de l’an 40. Je n’arrive pas à trouver les bons mots. Elle va partir. Délicatement, mes mains se glissent sous son t-shirt, juste pour caresser sa peau. Posant ma tête contre son ventre, je ferme les yeux. « Reste s’il te plait … » Beaucoup rirait de voir le Skorpion a terre, face à une femme, une moroï qui plus est. Une larme, une seule, la première dans ma vie de strigoï, vient glisser sur ma joue. Mais je ne peux la forcer à rester. Je n’en ai pas le droit. La relâchant, je me relève et me détourne vite pour qu’elle ne puisse pas voir cette larme de sang. Me dirigeant vers le canapé, je m’y laisse tomber lourdement dessus. Et sans la regarder, je sens le peu d’humanité que j’ai en moi, qui souffre et pourtant, qui n’a pas d’autre choix que d’accepter. « Tu peux t’en aller, je ne t’en empêcherai pas … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Messages : 3
Date d'inscription : 04/02/2018

MessageSujet: Re: Maybe, i'm not made for you | Hector Mer 7 Fév - 18:51

Pourquoi est-elle venue ?  Pourquoi a-t-elle franchie cette porte ? C'était une mauvaise idée. Ces dernières semaines, où elle s'était efforcé de rester à distance, d'oublier la déchirure de son coeur, lui, n'avait pensé qu'à s'amuser, à trouver des femmes, à leur faire la cours, peut-être pire. Elle préférait ne pas penser à ce qu'il avait pu partager avec elle. Déjà au bord des larmes, c'est préférable qu'elle ne pense pas à l'idée que ces femmes avaient obtenus de lui, ce qu'elle n'avait jamais pu avoir. Ce qu'elle n'aurait jamais plus. La douleur continuait à percer un peu plus son coeur, et entendre la porte claquée, signe de son retour, signe qu'il allait falloir qu'elle lui fasse face, n'était qu'une lame de plus planter dans ce dernier. Elle n'avait pas envie de devoir discuter avec lui, de devoir croiser son regard, de devoir s'expliquer. Elle n'avait plus rien à lui dire, après sa découverte, de toute façon. Poser ces yeux, sur lui, c'est un coup de massue de plus. Peu importe, ce qu'il avait pu faire, elle le voulait toujours. Et c'était une réflexion qu'elle ne voulait pas se faire. Elle ne pouvait pas continuer comme ça, à le laisser la détruire. Son coeur s'émietter un peu plus à chaque minute passer dans la même pièce que lui, alors valait mieux pour elle, qu'elle parte, au plus vite. Elle tourne les talons, bien décidé, mais alors que la porte est toute proche, elle se détourne. Non, elle ne peut pas partir comme ça. Il faut au moins qu'elle lu balance ce qui lui pèse sur le coeur, parce que sinon, elle allait retomber dans un cercle vicieux. Il fallait qu'elle le fasse, pour ensuite partir, et pouvoir l'oublier. Alors elle se lance, et elle croise les doigts, pour qu'il ne cherche pas à l'interrompre. Parce qu'elle n'a pas envie de revivre la soirée du cinéma, cette soirée affreuse, mais qui restera gravé à jamais dans sa tête, dans son coeur, comme le jour où tous ces espoirs sont partis en fumés. Alors, même si elle a l'air pathétique, elle balance tous les mots qui lui pèsent. Lui énonce ces quatre vérités. Et une fois fait, si la douleur est toujours là, toujours présente, elle a au moins l'avantage de se sentir plus légère. Elle se détourne, une nouvelle fois, prête à partir pour de bon. Elle n'a plus rien à faire ici, maintenant. Elle attrape la poignée, l'ouvre. Mais elle est surprise de la voir se refermer. Il est là, proche d'elle. Elle n'a pas besoin de se retourner, pour le savoir. Sa présence, elle la ressent. Elle ferme les yeux. Elle n'a pas envie de se retourner. C'est ce qu'elle craignait, qu'il l'empêche de partir. Qu'il lui fasse de nouveau une scène, et elle n'est pas certaine d'en avoir la force. Elle n'est pas certaine que son coeur survive, cette fois-ci. Elle entend ces paroles, d'une voix lointaine. Elle n'a pas envie de les entendre. Elle n'a pas envie de le croire. Elle le connaît. Manipulateur, fourbe, sans scrupule. Elle n'a aucune assurance que ces mots puissent être vrai. Elle connaît le piège, elle ne doit pas tomber dedans. Pourtant, lorsqu'il la force à se retourner, contre son gré, lorsqu'il prend son menton, avec une infini douceur, elle plonge, sans se retourner. Son coeur se brise, à nouveau lorsqu'il reprend, mais d'une manière bien différente. Ces paroles l'atteignent, et elle sait, d'avance, qu'elle ne pourra pas partir. « Qu'est-ce que .. ? » Quand il tombe à genoux, face à elle, elle a comme cette impression, d'être détachée de la scène, comme si elle n'appartenait plus à celle-ci. C'est un nouveau coup dur, que de le voir ainsi, à genoux face à elle, comme s'il s'offrait pleinement, et elle a du mal à savoir ce qu'elle est censé faire. Mais bien vite, la déception reprend le pas, lorsqu'il se détourne. Et pendant une seconde, elle doute, Elliana. Elle n'est plus sur, d'avoir vécu cette scène de tendresse. Elle a comme l'impression d'avoir halluciné. Et elle ne comprend pas, qu'il puisse passer d'une émotion à une autre, de cette manière, comme si de rien n'était. Et encore une fois, elle hésite à partir. Pour elle, pour la survie de son coeur, sans doute aurait-elle mieux fais. Mais elle se surprend, à faire l'exact opposé, à quitter le pas de la porte, pour contourner le canapé, et se planter face à lui. « Pourquoi ? .. Pourquoi es-tu toujours si convaincu que ce que tu ressens est mauvais ? » Parce que c'est ce qui le poussait à agir ainsi, comme un con. Elle s'approche, se place entre ces jambes, une main sur le dossier du canapé, c'est à son tour, de saisir son menton, pour relever sa tête, et croiser son regard. « Tu es peut-être un strigoï, Hector, mais ça ne t'oblige pas à être cruelle, et sans pitié » Bien qu'en soit, ça ne la dérangeait pas, et quand elle n'était pas la victime, elle appréciait même ça. « Pas avec moi » Elle le connaissait mieux que personne, connaissait ces failles. « Tu n'as pas besoin de te cacher, avec moi. Tu n'as pas besoin de cacher ce que tu ressens là » Elle tapote son torse, là où se trouve son coeur, pour lui faire comprendre ce qu'elle essaie de lui dire. Mais elle ne lui laisse pas le temps d'en placer une, pas encore. « Les légendes dépeignent beaucoup de chose, sur vous. Des horreurs, que j'ai toujours cru vrai, jusqu'à ce jour, dans le labyrinthe. J'ai cru, au début, que c'était plus vrai que jamais. Je ne pensais même pas survivre. Mais tu m'as juste amené avec toi, et avec le temps, j'ai appris à vivre à tes côtés. Tu n'es pas le monstre sans coeur, que tu essaies d'être, Hector » Là, elle en avait fini. Elle avait sorti tout ce qu'elle pensait, ce qu'elle avait sur le coeur. Et c'était à lui de voir ce qu'il comptait en faire. S'il comptait la retenir pour de bon, ou s'il la repoussait, s'il la laissait tourner les talons, et tourner la page pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Messages : 3
Date d'inscription : 04/02/2018

MessageSujet: Re: Maybe, i'm not made for you | Hector Mer 21 Fév - 18:28




Maybe, I'm not made for you.

Il souffre. Depuis qu’elle est partie, sa nuit a perdu sa lune, le plongeant dans un élan de désespoir intense. Il en a tué des Hommes, afin de se changer les esprits. Il a tenté de l’oublier en cherchant une autre femme intéressante. Mais aucune n’était au niveau de sa moroï. Elle s’était encrée en lui peu à peu, l’empêchant maintenant de pouvoir l’oublier. Alors oui bien sûr, il est surpris lorsqu’il sent sa présence dans l’appartement. Il a envie de croire qu’elle va vraiment revenir. Mais quand elle tourne les talons pour s’en aller, cette fois pour de bon, Hector sait parfaitement qu’il devait la laisser partir. Pour son bien à elle, pour cette liberté dont elle a besoin. Mais en parfait égoïste qu’il est, il ne peut pas la laisser partir. Il a besoin d’elle comme jamais. Alors il pose la main sur cette porte en bois, l’empêchant ainsi de pouvoir fuir. Il ne peut supporter de l’imaginer loin de lui. Alors il essaye de la rassurer, sans lui mentir. Mais c’est une vérité qui le rend pathétique. Aucune n’était assez bien pour passer dans son lit, car il ne pensait qu’à son Elliana. A cette petite moroï, du haut de son caractère bien trempé, à tout bousillé sur son passage, mettant le Skorpion à ses pieds. La forçant délicatement à tourner la tête vers lui, Hector tente de réfréner ce frisson qui court le long de son dos, à cause de ce contact peau contre peau. Il lui avoue une énième vérité. Une vérité qui en ferait rire plus d’un. Se laissant glisser, il passe les bras autour de sa taille, avant de glisser ses mains sous son t-shirt pour caresser sa peau délicatement. Un simple contact. Mais bien vite il se relève et se détourne, effaçant cette larme solitaire qui coule de sa joue, pour se diriger et s’affaler lourdement sur le canapé. Il ne peut la forcer à rester. Il n’en a pas le droit. Après tout, il l’a déjà forcé à vivre avec lui pendant des mois, il lui doit sa liberté. Ses pas se font entendre et Hector se force à réciter une chanson dans sa tête, pour ne pas entendre le bruit sourd de la porte d’entrée qui claquera, annonçant qu’elle est partie. Pourtant quand Elliana apparait devant lui, il est surpris. Ne sachant pas quoi répondre, il reste muet. Avant qu’il ne puisse réagir, la moroï attrape délicatement son menton entre ses doigts fins, forçant Hector à la regarder. Sa main vient taper doucement sur le torse du strigoï, qui est complètement désemparé. Il ne sait plus ce qu’il doit dire ou faire. Une dernière affirmation, qui laisse Hector sans voix. Pendant quelques secondes, il ne dit rien. Il baisse même les yeux pour qu’elle ne puisse pas lire le trouble qui règne en lui. Puis sa décision est prise. D’un mouvement rapide, il se redresse et plante son regard dans celui d’Elliana. « Tu es sûre de toi ? » Sûre des sentiments qu’elle a pour lui. Mais en réalité, ce qui lui dans son regard, lui suffit. Aussi, il ne lui laisse pas le temps de répondre. Attrapant la moroï par la taille, il la glisse avec délicatesse sur son épaule, tout en se dirigeant vers sa chambre à elle. Il ne veut pas qu’elle puisse voir le visage pâle de toutes les femmes qu’il a tué en son absence. Ouvrant la porte à la volée, il pose Elliana avec une grande délicatesse sur le lit. Mais la suite de ses mouvements est loin d’être aussi doux. Sans lui demander son avis, il arrache son haut et son dessous, avant de se pencher vers elle pour poser ses lèvres sur sa gorge si douce. Déposant de fin baiser, malgré la tentation qu’il a de vouloir boire son sang, il laisse ses mains vagabondaient sur sa poitrine dénudée. « Tu es à moi. » Il murmure doucement. Et à travers ses mots, il lui fait une promesse : il ne la laissera plus jamais partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Maybe, i'm not made for you | Hector

Revenir en haut Aller en bas
Maybe, i'm not made for you | Hector
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nouveau jeu de cartes TdF, fan-made...
» Made in Japan
» [Univers] Tentacules disponible en Français sur la Nuvapédia !
» [Fan-Made] BIONICLE New World : les fans écriront la nouvelle saga (annulé)
» [MOC] Les MOCs Hero Factory made in Nup556

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Just Game :: Game :: Vampire Academy-
Sauter vers: